La cachaça : l’alcool traditionnel du Brésil

(Mis à jour le: 11 février 2019)
La cachaça : l’alcool traditionnel du Brésil
5 (100%) 1 vote

Se rendre au Brésil et ne pas goûter à la cachaça est inimaginable !!! En effet, cet alcool tiré de la canne à sucre sert de base au cocktail typique du pays, la caïpirinha. Attention, il ne faut cependant pas la confondre avec son cousin, le rhum agricole. Pour mieux les différencier, on vous présente la cachaça dans toute sa gloire.

Qu’est-ce qu’est la cachaca ?

C’est une boisson typiquement brésilienne fait à partir du jus de canne à sucre distillé et fermenté. On obtient alors de l’alcool avoisinant du rhum agricole.

Il est dit dans le texte de loi brésilienne, d’après le décret 6871/2009.53 que la cachaça ou cachace est la dénomination exacte d’aguardiente de canne à sucre produite exclusivement au Brésil, avec un taux d’alcool naviguant entre 38 et 48% et travaillée à environ 20°C, qui résulte de la distillation du moût fermenté de la canne à sucre. Si on se conforme à la loi, on ne peut ajouter que 6g de saccharose par litre au maximum.

Si une boisson ne remplit pas ces conditions, on le qualifiera d’eau de vie de canne.

Selon les régions, la cachaça peut avoir d’autres appelations comme aguardiente, pinga, branquinha, birita, caninha, gas, óleo,…

Lire aussi :

D’où est originaire la cachaça ?

cachaça

Vous le devinerez sans doute, la cachaça provient du territoire brésilien. Il a été conçu vers le XVIe siècle par les esclaves des colonies. A la base, la cachaça se nommait garapa et n’était qu’en fait, du jus de canne bouillit. Elle était, en ce temps, une boisson consommée que par les pauvres et les paysans.

En quoi la cachaça est différente du rhum agricole ?

En tant que cousine assez proche du rhum agricole, la cachaça possède des aspetcs semblables et différents de celui-ci à cause de son origine et de son parcours de fabrication.

  • Ce qu’ils ont en commun

-La matière première utilisée pour les deux boissons est le jus de canne à sucre.

-Les deux boissons peuvent se déguster dans leur version blanche sans passer par le vieillissement en fûts de bois, ou au contraire en version vieillie.

  • Ce qui les différencie

Leurs origines ne sont pas du tout les mêmes, si la cachaça est née dans les colonies portugaises au Brésil durant le XVIe siècle, le rhum lui est né un siècle après dans les colonies britanniques des Caraïbes.  Même si la cachaça est très connue en Amérique latine, elle n’est produite qu’exclusivement par les usines de distillations brésiliennes. Et d’ailleurs, le terme « cachaça » est protégé par la législation du pays.

Leurs processus de fabrication diffèrent également. Contrairement au rhum qui est plus raffiné après de multiples étapes de transformation, la cachaça est plus brute, plus rustique à cause d’une distillations moins longue et moins compliquée. C’est pourquoi, elle peut se faire de manière artisanale par des petites entreprises locales. Là-bas, elle est plus connue sous le nom d’aguardente ou de pinga (de l’eau-de-vie ou de la gnôle).

Lors de la transformation, le rhum d’aujourd’hui est fait à partir d’un bouillon de cuisson de canne, alors que la cachaça est à base de jus de canne à sucre frais.

Chacun a son propre goût à cause de la composition chimique et de la manière de distillation. En effet, pour le rhum agricole, il lui faut être distillé entre 65-75°, température modifiable avec de l’eau de source, et vieilli dans des fûts en chêne. Tandis que la cachaça, elle, se fait distiller à 40° et peut se mettre tout de suite en bouteille.

Au niveau du taux d’alcool, la cachaça ne peut dépasser les 40%, alors que le rhum peut facilement atteindre les 60%.

Quelles sont les différents types de cachaça ?

La cachaça du Brésil

On peut voir toutes sortes de cachaça qui circulent sur le marché :

La cachaça adoucie contenant beaucoup de sucre ajouté. Son taux de saccarose peut dépasser les 6g par litre, mais ne va pas au-delà de 30g.

La cachaça blanche est celle qui est mise directement en bouteille et ne passe pas par la case vieillissement dans des fûts en bois, ce qui lui confère une couleur brune. Autrement, la cachaça n’est pas obligé d’avoir une couleur après s’être fait vieillir, cela dépend uniquement du producteur. Par exemple il y a celle que l’on vieillie dans un contenant en acier inoxydable ou en bois qui ne donne pas de couleur comme le Jequitiba, e Freijo ou ‘arachide.  Celle-ci peut porter la dénomination de « classique », de « traditionnelle » ou encore « d’argent ».

La cachaça dorée est vieillie dans des contenants en bois qui agissent sur sa coloration, lui  valant les titres de « or », « vieillie », « Premium » ou de « premium extra ».

La cachaça vieillie doit contenir 50% de cachaça et passer au minimum un an dans un fût faisant moins de 700L.

La cachaça Premium est composé de 100% d’eau-de-vie de canne à sucre vieillie dans des fûts à capacité maximale de 700L durant une année à peu près.

La cachaça Extra Premium, elle, doit vieillir pour une période minimale de trois ans environ.

Comment consommer la cachaça ?

La cachaça se prépare surtout en cocktail exotique alcoolisé accompagné de jus ou de sirop de fruits tropicaux. Mais on peut également la consommer nature, qu’elle soit blanche ou vieillie. Le plus célèbre et non moindre cocktail fait à base de cachaça, qui est aussi la boisson nationale du Brésil, est la caïpirinha. Voici sa recette en version simplifiée :

  • Premièrement, placez les verres au réfrigérateur pour les rafraîchir, puis sortez les et préparez à côté un citron coupé en deux moitié égaux divisés en quatre morceaux.
  • Prenez deux c.à.c de sucre roux de préférence pour une belle texture, sucre blanc si vous voulez qu’il se dissous complètement.
  • Ecrasez les morceaux de citron avec le sucre au pilon. Pas trop fort, juste assez pour en extraire son jus et éviter ainsi le goût amer du zeste.
  • Remplissez les verres avec de la glace pilée ou des glaçons de préférence, car ils ne fondent pas rapidement.
  • Pour chaque verre, versez-y environ 10cl de cachaça et remuez doucement le mélange. Avis aux amateurs de cocktail, la vraie cachaça ne passe pas au shaker !!
  • Mettez-y des pailles à cocktail et sirotez avec modération. Bonne dégustation !!!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.