Marisa Monte : la chanteuse brésilienne à succès

4.6/5 - (5 votes)

Marisa Monte est l’une des plus connues parmi les chanteuses brésiliennes. Elle a marqué l’histoire de la musique brésilienne grâce à ses œuvres et sa prestance aristocratique. Cette diva a poursuivi une carrière quasiment irréprochable en musique. Marisa Monte est une star 5 étoiles dans son pays et au Portugal.

Biographie de Marisa Monte

Marisa de Azevedo Monte est née le 1er juillet 1967 dans la vie de Rio Janeiro au Brésil dans le quartier Urca. Elle est la fille de Carlos Monte, ancien président de la fameuse école de samba Portela. Elle est à la fois chanteuse, compositrice et productrice. Dès son enfance, elle suit des cours de chant, de piano et de batterie. La jeune fille était passionnée de musique rock brésilienne.

Lorsqu’elle est adolescente, elle prend part à une comédie musicale qui s’appelle « Rock Horror Show ». La comédie était orchestrée par Miguel Falabella. Mais elle n’arrête pas pour autant ses cours de chant lyrique qu’elle entreprend à ses 14 ans dans l’Escola Nacional de Música.

A l’âge de 19 ans, Marisa Monte quitte le Brésil et part à Rome en Italie. Là-bas, elle réalise des études sur le belcanto durant une période de dix mois. Ensuite, elle abandonne ce projet et choisit d’animer des concerts de musique brésilienne présentés dans les bars où des amis assistaient.

La chanteuse enchaîne les spectacles et les théâtres Carioca. Avant de rentrer au Brésil, elle réalise un concert en la compagnie du guitariste italien Roberto Bortoluzzi lors d’une Música Popular Brasileira (MPB) à Venise.

C’est durant ces concerts que le producteur Nelson Motta a fait la rencontre de la talentueuse Marisa Monte. La diva organise sa carrière aux côtés du producteur. Par ailleurs, il ne s’engage qu’à l’accompagner pour ses spectacles et ne lui propose pas d’enregistrer ni de produire des hits.

Ainsi, Marisa Monte débute sa carrière avec des spectacles en direct et non pas avec des enregistrements. En 1987, elle se présente pour la première fois dans sa ville natale. Grâce à son concert, « Veludo Azul », elle a su attirer l’attention des labels. Veludo Azul passait à Rio et à São Paulo.

Biographie Marisa Monte

Ses premiers succès dans la musique

La chanteuse brésilienne connaissait déjà un succès retentissant auprès du public et même de la critique bien avant qu’elle ne passe des enregistrements. C’est en 1989 qu’elle produit son tout premier album intitulé « Marisa Monte » connu MM.

Ce disque éclectique, à deux reprises disque d’or, contient « Bem que Se Quis », l’un des tubes de la chanteuse qui a eu un énorme succès. Cette chanson constitue la bande originale de la série télévisée O Salvador da Pátria Rede Globo. La chanteuse a vendu plus de 500 000 exemplaires au Brésil.

L’album contient également un enregistrement de son émission de télévision Rede Manchete ainsi qu’un enregistrement en direct. On ne voit pas souvent des enregistrements en direct dans les premiers albums des artistes. Le disque compile plusieurs chansons dans différentes langues. Il y a par exemple une chanson en portugais écrite par Arnaldo Antunes, le chef du groupe de rock Paulista Titãs. D’autres chansons sont aussi en anglais.

A la poursuite de sa passion

Les Oeuvres de Marisa Monte

Après l’album « Marisa Monte », la chanteuse sort un nouveau disque intitulé « Mais », en 1991. Grâce à ce disque, la chanteuse a pu démontrer au monde entier ses talents de compositrice. Une telle prouesse lui a valu une place sur le marché international. Marisa Monte bénéficie de l’assistance de plusieurs icônes tels que le musicien contemporain Ry?ichi Sakamoto, le saxophoniste John Zorn ou encore le célèbre guitariste Marc Ribot. Le tube « Beija Eu », une mélodie pop douce, a marqué le disque. Cette chanson a été composée par Marisa Antunes et Lindsay.

Son chemin est loin de s’arrêter, la diva publie de nouveau deux albums. Enregistré à New York et Rio, le premier intitulé « Vert, anil, amarelo, cor-de-rosa et Carvão » sort en 1994. Et ce fut également une réussite totale. Certains considèrent même que c’est le meilleur album de la star. Plusieurs collaborations sont présentes dans le répertoire.

Le deuxième album, « Barulhinho Bom : Uma Viegel Musical» quant à lui, sort en 1996. C’est un double album plus orienté vers la samba. Le premier disque contient un live tandis que le deuxième met en avant un enregistrement live. L’album provoque une énorme polémique à cause de l’image de couverture. Cette dernière affiche la photo de l’artiste « porno-naïf » Carlos Zéfiro. Aux USA, l’album est publié sous le titre A Great Noise avec la pochette censurée par une bande noire. Une version internationale de l’album est publiée. L’album studio contient trois compositions inédites de  Carlinhos Brown : « Arrepio, Magamalabares et Maraçá».

La chanteuse n’aime pas trop s’exposer aux médias en dehors de ces tournées de promotion. Elle crée son propre label Phonomotor. Elle participe à la production du disque de Carlinhos Brown, Omelete Man en 1998. En 2002, elle concocte un projet avec  Arnaldo Antunes et Carlinhos Brown. Celui-ci est sorti à la fin de l’année en CD et en DVD Tribalistas. Même sans campagne promotionnelle de l’œuvre, plus d’un million d’exemplaires ont été vendus.

Son parcours continue avec l’album  Memórias, Crônicas e Declarações de Amor, sorti en 2000. Le contenu repose sur le thème de l’amour. L’album a récolté des avis positifs de la part de la critique. Marisa Monte dédie une tournée à la promotion de l’album. Celle-ci s’étale plus d’un an. La tournée donne suite à la production  d’un DVD homonyme.

La diva est absente des podiums durant 5 ans. En 2006, elle revient avec deux albums qu’elle publie la même année. Les deux albums s’intitulent « Infinito Particular et Universo Ao Meu Redor ». A travers les titres, la chanteuse se plonge au samba et à la MPB. Elle met en place la tournée Universo Particular pour la promotion de ce nouvel album. La chanteuse sort au total dix albums jusqu’en 2011. Puis après plus de 10 ans d’absence, la diva publie son 11ème album intitulé « Portas » en 2021.

A lire aussi :

Gal Costa: A la découverte de Gal Costa, une diva tropicaliste de Bahia

Seu Jorge, le chanteur brésilien

Vous pourrez aussi aimer
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *