Alvares de Azevedo

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 17 août 2018)

Manuel Antônio Álvares de Azevedo est écrivain et conteur d’origine brésilien. Il est aussi essayiste et dramaturge. Sa courte carrière est essentiellement consacrée à la poésie à partir de laquelle il raconte ses souffrances et sa tristesse. Il est né le 12 septembre 1831 à Sao Paulo et décède le 25 avril 1852 dans la ville de Rio de Janeiro à tout juste 21 ans. Ses œuvres s’inspirent du style d’auteurs tels qu’Alfred de Musset et surtout Lord Byron. Il raconte ainsi dans ses écrits la morbidité et le dualisme de sa courte vie de jeune homme.

Sa jeunesse

Les parents d’Alvares sont Ignacio Manuel Alvares de Azevedo et Dona Luisa Azevedo. Le père de famille est docteur. Le garçon a un frère et une sœur. Lorsqu’il a deux ans, la famille s’installe à Rio de Janeiro. Trois ans plus tard, son frère décède et Alvares est gravement touché par sa disparition.

Il commence sa scolarité au collège du professeur Stoll. Il a de bons résultats et multiplie les félicitations de ses professeurs. Il intègre ensuite le Collège Pedro II à l’âge de 14 ans avec le philosophe Domigos José Gonçalves de Magalhaes. Il obtient la même année son baccalauréat en lettres.

Il revient à Sao Paulo en 1848 pour étudier à la faculté de droit de l’université de Sao Paulo. Il y rencontre plusieurs écrivains dont les œuvres sont axées sur le romantisme. Avec des amis, il met en place la société appelée Philosophical Society Essay Paulistano. Il fonde également une revue littéraire. Il y fait paraître la traduction de quelques œuvres de Lord Byron dont Parisina, ainsi que celles d’écrits de Shakespeare, notamment le cinquième acte d’Othello.

Tout au long de son cursus universitaire, Alvares découvre de nombreux livres et leurs histoires. Il s’inspirera de leurs styles pour réaliser ses œuvres. Essentiellement sous forme de poésie, il y relate la solitude et la tristesse qui en découle à cause de la distance qu’il y avait entre sa famille et lui, celle-ci étant restée à Rio de Janeiro.

Il a fait partie de l’Académie brésilienne des lettres.

alvares-de-azevedo

Sa fin de vie

Après quatre ans passés à l’université de droit, il est contraint de quitter le banc des étudiants à cause d’un état de santé de plus en plus faible. Il est atteint de la tuberculose et on lui diagnostique également la présence d’une tumeur. Il meurt le 25 avril 1852 à l’âge de 21 ans.

Lire aussi :

Ses œuvres

Pratiquement toutes ses œuvres ont été écrites pendant les quatre dernières années de sa vie, soit pendant son séjour à Sao Paulo. Les plus importantes sont Lira dos Vinte Anos, Macario et Noite na Taverna et O Conde Lopo. Elles sont toutes publiées après sa mort, soit respectivement en 1853, en 1855 et en 1886. Son premier ouvrage fut le seul que l’auteur ait pu achever et mis en ordre de son vivant. L’une de ses poésies, intitulée « Si je mourais demain ! » est lue lors de ses funérailles par Joaquim Manuel de Macedo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.