Pelourinho : Un quartier au centre historique de Salvador de Bahia

(Mis à jour le: 24 mars 2019)
Pelourinho : Un quartier au centre historique de Salvador de Bahia
4.1 (82.22%) 9 votes

Dans la région Nordeste, dans l’Etat de Bahia, au cœur de la ville de Salvador se cache un joyau impérissable du Brésil : le Pelourinho. C’est un quartier coloré et dynamique considéré comme un musée à ciel ouvert. Se promener à pied dans ses dédales de ruelles pavées sur un fond de capoeira ou de samba est très agréable. Je vous le recommande fortement.

Casario do Pelourinho

Histoire du Pelourinho

pelourinho

Pelourinho, le centre historique de la ville de Salvador de Bahia est considéré comme le joyau de cette merveilleuse ville. Fondée en 1549 par Tomé de Souza, cette dernière est la première ville coloniale de la région et du nouveau monde en général. Salvador a été la première capitale du pays entre 1549 jusqu’en 1763.

Depuis sa fondation, Pelourinho ou « Pelo », comme les habitants de la cité ont tendance à l’appeler, a connu plusieurs évènements notamment la bataille entre les Brésiliens et les Hollandais en 1638.

Le quartier a abrité, dès 1558, le premier grand marché d’esclaves sur le continent sud-américain. Sur cette place se tenait un petit pilori auquel les esclaves étaient attachés pour être battus. Son nom, Pelourinho, signifie d’ailleurs « petit pilori » ou, par extension, gibet.

Situé dans la région ouest de la ville, le quartier est considéré comme étant le centre historique de la ville de Salvador de Bahia. Il est classé patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985.

Torture des esclaves au pilourinho

esclave-au-pilori

 

Le centre historique Pelourinho

Ce centre historique est riche en monuments historiques dont la majorité date du 17e siècle. Il faut savoir qu’après l’indépendance du Brésil, le quartier du Pelourinho a quasiment été laissé à l’abandon tant il rappelait de mauvais souvenirs aux habitants. Durant près d’un siècle, il s’est dégradé et est devenu un quartier malfamé jusqu’à ce que la municipalité décide d’y faire le ménage.

C’est ainsi que depuis environ une trentaine d’années, des recherches ont permis la récupération de plusieurs ruines. En 1991 un immense chantier est mis en route par la municipalité afin de restaurer, embellir et mettre en avant les vieux monuments. On a vu la reconstruction et la revitalisation des églises, des couvents, de vieilles maisons, des bâtiments publics, …

Actuellement, un peu plus de 1 000 bâtiments ont été restaurés, repeints et magnifiquement mis en avant étoffant ainsi le patrimoine architectural et culturel du quartier.

 Carte du Pelourinho

carte-pelourinho

Les trésors du Pelourinho

Quand on se rend dans le quartier du Pelourinho, c’est l’architecture très style Renaissance et portugais qui frappe le regard en premier. Toute l’architecture des lieux parle et décrit un mode de vie spécifique aux habitants de la ville.

La culture afro-brésilienne :

Il n’est pas rare de rencontrer des femmes portant les vêtements traditionnels dans la rue. Avec la gastronomie, c’est une culture que les Bahianaises tiennent vraiment à préserver, car ces vêtements leur rappellent leur racine africaine. Il faut dire qu’après l’abolition de l’esclavage, bon nombre d’anciens esclaves sont restés dans ce quartier d’où le fort métissage de la population et la prédominance de la culture afro-brésilienne dans cette région du Brésil.

rue-du-pelourinho

En savoir plus sur l’Histoire de l’esclavage au Brésil

Cette culture ne se trouve pas seulement dans leur style vestimentaire, mais aussi dans leurs chants et musiques, leurs danses, leur religion, leur gastronomie, …

Lire aussi : Gastronomie et tourisme à Salvador de Bahia : lorsque gastronomie et tourisme font bon ménage

La capoeira :

Si la samba est la danse emblématique du Brésil, au Pelourinho c’est plutôt la capoeira qui prédomine. C’est un art martial que les esclaves ont autrefois déguisé en danse pour que leurs maîtres ne se doutent pas que les pas orchestrés étaient en réalité des mouvements de combat.

Interdite et persécutée pendant des années, la capoeira a finalement obtenue sa liberté pour être répandue dans tout le brésil et à travers le monde. Il ne faut toutefois pas oublier qu’elle trouve ses racines brésiliennes dans l’Etat de Bahia.

Quand on se promène dans le Pelourinho, on rencontre souvent des badauds en plein milieu de la rue au milieu desquels des capoeiristes faisant une démonstration de leur lutte. Quand ces derniers ne se trouvent pas dans le centre historique, il suffit de descendre jusqu’à la plage pour les admirer.

Pelourinho, une partie de la « Rome noire » :

Tout comme le reste du Brésil, Pelourinho a fait l’objet d’une évangélisation avec l’arrivée des expéditions religieuses. Ces dernières se sont installées sur la Praça Municipal en raison de la protection que cet endroit offrait contre les attaques des indigènes et des corsaires.

L’arrivée des Jésuites à Salvador a donné naissance à la construction de nombreuses églises. On dit que la ville en compte 365, un chiffre qui lui a valu le surnom de « Rome noire ». « Rome » pour ses églises et « noire » pour sa population afro-brésilienne.

centro-historico-de-salvador

Dans le quartier du Pelourinho, on rencontre de nombreuses églises et autres bâtiments religieux dont les plus majestueuses sont :

  • l’église et couvent de Saint François ou « Igreja e convento de São Francisco » : considérée comme l’une des plus belles églises du Brésil, l’église de Saint François a été construite entre 1703 à 1723. Elle a été conçue dans un style baroque d’où ses nombreuses sculptures superbement mises en valeur par des peintures recouvertes de feuilles d’or. Un autre point qui le démarque des autres églises franciscaines du Nordeste c’est qu’au lieu d’avoir une seule nef, elle en a trois toutes somptueusement décorées
  • l’église et le couvent du Carmel ou « Convento do Carmo » : le couvent est l’un des deux plus grands et plus vieux couvents carmélites du Brésil. Le bâtiment a été construit en 1586. L’église, « Igreja do Carmo » est collée au couvent. On dit qu’elle possède l’une des plus belles sacristies au monde, mais comme l’église est aujourd’hui fermée au public, je n’ai pas eu la chance de la découvrir. Une petite sacristie a toutefois été construite pour les liturgies
  • l’église du Tiers-Ordre de Saint-François ou « Igreja da Ordem Terceira de São Francisco » : rattachée à l’église et couvent de Saint-François, cette dernière fut construite entre 1702-1703 et arbore également le style architectural baroque. Elle est l’une des deux églises du Brésil à avoir reçu une façade taillée dans le style churrigueresque. Si de l’extérieur, elle anime le regard, à l’intérieur, le décor est plutôt sobre étant donné qu’il a été maintes fois modifié. Quoi qu’il en soit, c’est un lieu à découvrir sans oublier le petit musée situé tout près pour admirer une belle collection d’objets sacrés. Cette église est classée par l’IPHAN (Institut national du patrimoine artistique et historique) depuis 1938
  • l’église Nossa Senhora do Rosario dos Pretos : cette église affiche également le style baroque. On la surnomme souvent « l’église des esclaves », car elle a été entièrement construite par les esclaves entre 1685 à 1709. Toutes les sculptures de Saints érigées à l’intérieur sont d’ailleurs toutes noires

Les musées et autres bâtiments publics :

Le Pelourihno abrite de nombreux monuments historiques parmi lesquels, je vous recommande :

  • la Casa Misericordia : je ne l’ai pas classé dans la catégorie des bâtiments religieux, même s’il pourrait en faire partie. Cette maison a autrefois accueille un hôpital religieux. Elle est d’ailleurs l’un des plus vieux bâtiments de la ville puisque date du 17e siècle. De nos jours, elle fait office de musée
  • le Museu Afro-Brasileiro : axé sur la culture afro-brésilienne, ce musée se situe sur la fameuse Terreiro de Jesus, considéré comme la place principale du quartier. Dans ses collections, on retrouve de nombreux objets liés au culte du candomblé, une religion africaine toujours pratiquée par les Bahianais, divers objets, photographies et documents relatant l’histoire de la société bahianaise, de nombreuses œuvres artistiques dont les fresques de Carybé, un artiste local. Toujours dans le bâtiment qui accueille ce musée à savoir l’ancienne Faculté de médecine de Bahia, on trouve également le Museu de Arqueologia e Etnologia
  • le Palacio Rio Branco : il s’agit de l’ancien Palais du Gouverneur. On le retrouve sur la place Tomé de Sousa qui accueille aussi l’ascenseur Lacerda et la câmara municipal. Le bâtiment original a été construit vers le milieu du 16e siècle. Il a ensuite été bombardé en janvier 1912 enterrant avec ses autres œuvres sa belle collection de livres rares. Il a ensuite été reconstruit pour être inauguré en 1919. Le nouveau bâtiment fut baptisé « Palacio Rio Branco » du nom d’un important homme d’Etat Brésilien, le baron Rio Branco. Il a été restauré en 1984 et abrite, actuellement, la Fondation Padro Calmon, le mémorial des gouverneurs et la Fondation culturelle de l’Etat de Bahia

palais-du-gouverneur-salvador

  • le Palais archiépiscopal : datant du 18e siècle, on le retrouve sur la Praça de Sé. Il est considéré comme un bel exemple de l’architecture civile de l’ère coloniale. Il a également été classé par l’IPHAN en 1938. Le bâtiment se démarque par sa façade à trois niveaux, son portail en calcaire pedra lioz lequel arbore un blason entouré de volutes qui est celui de Dom Sebastião Monteiro da Vide, archevêque de la ville de Salvador entre 1701 à 1722. Autrefois, le palais était relié par un passage avec la Cathédrale de Sé qui a malheureusement été démolie en 1933. Le site sur lequel elle a été construite a donné naissance à la belle Praça de Sé
  • l’Elevador Lacerda : c’est un immense ascenseur qui relie les deux parties de la ville de Salvador à savoir la « cidade aixa » qui abrite le quartier du Pelourihno et la « cidade baixa » où se situent les plages, les entreprises, … La partie haute rassemble les quartiers résidentiels tandis que la partie basse est plutôt administrative. Emprunter cet ascenseur est une expérience bizarre, unique, mais vraiment conseillé

Les places :

Toutes les villes brésiliennes disposent de quelques places, véritables lieux de rendez-vous ou de repos des habitants. Le Pelourinho ne déroge pas à cette règle puisqu’il en compte quelques-unes dont les incontournables sont :

  • la Praça da Sé
  • le Largo de Pelourinho ou place José de Alencar
  • Terreiro de Jesus ou place du Quinze Novembre

Et je n’ai pas encore tout vu, car mon séjour a dû être écourté. Toutefois, la prochaine fois, je prendrais le temps de redécouvrir les sites que j’ai déjà cités ci-dessus et les autres que je n’ai pas encore vu comme la maison de l’Assemblée ou Câmara Municipal, l’Hôtel de la Ville, le Solar Ferrão, …

Bon nombre de ces constructions ont été construites avec des murs de boue, recouverts de paille avant d’être reconstruites avec des pierres, des briques et de la chaux.

Entouré du triangle Largo, Pelourinho est désigné comme un lieu pour la musique, la vie nocturne avec plusieurs restaurants. C’est un lieu pour vivre et retrouver une époque de l’architecture baroque.

Découvrez Bahia de A à Z

5 pensées sur “Pelourinho : Un quartier au centre historique de Salvador de Bahia

  • 2 février 2012 à 7 h 25 min
    Permalink

    lors de mon voyage au Brésil, j’ai passé quelques jours à Salvador de Bahia et bien sur j’ai circulé entre les ruelles de Pelourinho, c’était vraiment merveilleux.
    J’ai fais également un tour à la Chapada Diamantina http://www.bahia-salvador.com/tourisme-dans-la-chapada-diamantina/
    La couleur d’eau est du jamais vu!
    Je compte y retourner bientôt…

    Répondre
  • 28 février 2012 à 3 h 38 min
    Permalink

    Visiter Salvador
    ah le pelourinho, c’est magique et tres beau, toutes ces façades colorées, à noter que le quartier du fait de sa restauration et son classement par l’UNESCO est devenu très cher, peux de gens vivent encore au Pelourinho
    je trouve les brésiliens un peu agressifs d’un point de vue commercial.
    dès que tu t’intéresses à quelque chose, le vendeur te saute dessus
    le pelourinho les soirs du carnaval est vraiment agréable
    à visiter absolument

    Répondre
  • 6 mars 2012 à 5 h 09 min
    Permalink

    Salvador
    Salvador et le pelourinho
    c’est vraiment beau et bien restauré
    l’artisanat est un peu cher je trouve, j’étais à Salvador de Bahia, l’été dernier et j’ai trouvé le Brésil très cher
    plus cher qu’en France

    Répondre
  • 13 mars 2012 à 5 h 07 min
    Permalink

    Le Pelourinho
    Pelourinho de salvador, c’est très magique!
    Cette aire anciennes sentie entre les ruelles du centre historique est si réelle qu’on se croit revenu à l’époque de la colonisation portugaise…

    Répondre
  • 10 juin 2012 à 10 h 25 min
    Permalink

    Salvador
    moi ce que je retiens de Salvador le pelourinho
    c’est la lumière, la couleur de la lumière est bien différente de celle de l’Europe

    une lumière chaude 🙂

    il y a aussi la joie la musique, Salvador de Bahia c’est la joie de vivre permanente, le bonheur n’est pas une question d’argent et de loin

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.