Manuel Antônio de Almeida

Connu pour être l’auteur de Memorias de um sargento de milicias (Mémoires d’un sergent de police), Manuel Antônio de Almeida était un enseignant, médecin et écrivain Brésilien. Il est né le 17 novembre 1831 à Rio de Janeiro et y est mort le 28 novembre 1861.

Biographie

L’écrivain était le fils du lieutenant Antonio de Almeida et de Maria Josefina de Almeida. Il est entré en faculté de médecine en 1849 pour en sortir, avec son diplôme en poche en 1855. Il n’a toutefois jamais pratiqué en tant que médecin. Des difficultés financières l’ont effectivement poussé à prendre une autre orientation de vie en devenant journaliste et homme de lettres.

Entre 1852 à 1853, son chef d’œuvre Memorias de um sargento de milicias, a été publié sous forme de feuilleton dans le journal Correio Mercantil. C’est sous le pseudonyme Um Brasileiro (Un Brésilien) qu’il a écrit cet opus magnus.

Manuel Antonio de Almeida

Quand il devient administrateur de Tipografia Nacional en 1858, il eut la chance de faire connaissance avec Joaquim Maria Machado de Assis.

Désireux de se lancer dans la politique, il souhaite se rendre à Campos dos Goytacazes pour faire des recherches. Pour faire le trajet, il embarque à bord du bateau Hermes lequel fit naufrage à proximité de Macaé. L’auteur y perd la vie.

Œuvres

Mémorias de um sargento de milicias est le seul livre qu’on lui connaît. Celui-ci a été publié en 1852. Toutefois, il a également écrit la pièce intitulée Dois Amores en 1861 ainsi que des essais, des critiques, des articles, … dans divers journaux. En 1991, Bernardo de Mendonça les réunit dans un seul livre.

Dans les années 50-60, on a aussi découvert :

  • une riche correspondance que Manuel Antônio de Almeida a échangé avec Quintino Bocaiuva, José Alencar et Francisco Ramos da Paz
  • des témoignages de Félix Ferreira, Machado Assis, Francisco Otaviano, Joaquim Manuel de Macedo et Augusto Emilio Zaluar

un spectacle d’hésitation critique découvert dans les lectures pré-modernistes de Mémorias de um sargento de milicias

Laisser un commentaire