Itapua : Découvrez la plage et le phare d’Itapuã

(Mis à jour le: 31 mai 2019)
4.7
04

Vous ai-je déjà parlé de Salvador dans l’Etat de Bahia ? Il me semble bien que oui, mais je ne peux cesser de vous vanter encore et encore sa beauté. C’est une ville vraiment superbe avec une population des plus chaleureuses. C’est l’un des rares endroits au Brésil où l’on se sent vraiment comme chez soi et non pas comme un étranger. Bien sûr, il faut y mettre du sien en s’habillant comme les locaux et en fréquentant les établissements pas trop chics. Restriction de budget impose également pour pouvoir rester le plus longtemps possible dans ce pays. Pour en revenir à Salvador, la ville a plusieurs facettes et abrite des endroits insoupçonnés. Un autre de mes coups de cœur est le quartier d’Itapuã. Savez-vous pourquoi ?

Un quartier calme et convivial

Le quartier d'Itapuã à Salvador de Bahia, au Brésil

Le quartier d’Itapuã change un peu du quartier festif du Rio Vermelho ou touristique du Pelourinho. Ici, l’atmosphère est très calme et les habitants vaquent tranquillement à leurs activités quotidiennes sans se presser. On dirait que le mot « stress » n’y existe pas et cette ambiance est des plus reposantes. Il est situé à côté de Pituba, un des quartiers les plus chics de Salvador.

Durant mon séjour, j’aimais vraiment beaucoup m’y promener à pied. C’est la meilleure manière pour entrer directement en contact avec les habitants et découvrir ses boutiques, ses restaurants, ses bars et ses marchés. Je vous invite à en faire de même pour plonger au cœur du quotidien des habitants et de leur culture.

A part cette tranquillité et cette convivialité, Itapuã abrite des endroits plus fréquentés surtout durant la saison touristique. Quels sont-ils ?

Le Farol de Itapuã

Le Farol d’Itapuã ou phare d’Itapuã est un monument historique du quartier. Il trône, aujourd’hui encore, à une extrémité de la plage d’Itapuã. Il est toujours opérationnel, mais les visites sont interdites. Rien ne vous empêche toutefois de l’admirer de l’extérieur, car c’est un phare qui a toujours fière allure même si sa construction date de 1873.

Farol de Itapuã

Il appartient actuellement à la Marine brésilienne et c’est le Centro de Sinalização Nautica e Reparos Almirante Moreas Rego qui en assure la gestion.

Pour avoir une idée de son passé et de ce qu’il contient, sachez que ce phare :

  • A été construit en 1873
  • A été électrifié en 1986
  • A été automatisé en 1923
  • Est peint en rouge et blanc
  • Est relié à la plage par un pont en béton
  • Affiche une hauteur de 21 m surmonté d’une galerie de lanterne pour atteindre les 24 m
  • Est équipé d’un système dioptrique de 3e ordre : c’est ce dernier qui lui permet d’émettre toutes les six secondes, un éclat blanc. Ce dernier est diffusé pendant seulement 0, 5 seconde, mais cela suffit aux marins, situés à une portée de 15 miles en mer, pour l’apercevoir

Il faut savoir que la plage entourant le phare, baptisée plage du Farol d’Itapuã figure parmi les trois plages du quartier.

La plage d’Itapuã

Cap sur la belle plage d'Itapuã à Salvador de Bahia

C’est la deuxième plage du quartier. Cette dernière déroule sa plage sur plusieurs kilomètres et est très fréquenté. Inutile de sortir de la ville pour l’atteindre, car elle est longée par la route de l’aéroport et est à seulement, quelques kilomètres du centre-ville. Une ligne de bus la dessert donc n’hésitez pas à vous y rendre. L’endroit est vraiment magnifique.

Du fait de sa proximité avec la ville, elle est plus populaire, mais l’ambiance reste quand même conviviale. A marée basse, la mer dévoile quelques piscines naturelles au milieu des rochers, mais il faut faire attention à ne pas glisser. Et quand la marée monte, la mer reste modérément calme.

Une journée sur cette plage promet un repos total surtout qu’elle est entourée de nombreux restaurants et bars. Il suffit donc de faire quelques mètres pour se restaurer. En fin de journée, le coucher du soleil offre un superbe spectacle. Dommage que je n’étais pas en galante compagnie, car ce moment est des plus romantiques.

La praia de Placaford

La plage de Placafor à Itapuã à Salvador de Bahia

Cette plage se trouve entre celle d’Itapuã et de Piatã. Elle a été baptisée ainsi d’après une plaque promotionnelle de l’entreprise Ford qui y a été érigée dans les années 60. Contrairement aux deux plages précédentes, cette dernière est idéale pour se baigner, car sa mer est plus calme et surtout cristalline. A marée basse, on peut y trouver des piscines naturelles au milieu des rochers.

A part la baignade, l’endroit est également propice pour faire du stand-up paddle ou faire une partie de football quand la mer se retire en laissant un banc de sable plus vaste.

Le long de la plage s’étend un vaste espace vert avec des cocotiers. Au-delà de cet espace vert, on se retrouve sur les quais où l’on trouve divers commerces, des restaurants, des bars, … Pour ceux qui veulent laisser un peu la plage pour se rendre en ville, sachez qu’une piste cyclable a été installée sur le trottoir le long des quais pour se promener ou seulement se déplacer d’une plage à l’autre.

La lagoa do Abaeté

Cette lagune se situe au cœur du Parque Metropolitano Lagoas e Dunas do Abaeté sis dans le quartier d’Itapuã. Cet espace s’étalant sur une superficie de 12 000 m² a été inauguré en septembre 1993. Avant cela, les lieux étaient surtout fréquentés par les adeptes du candomblé et les lavandières. Différentes légendes le désignent comme un lieu hanté d’où son appellation « abaité » signifiant « horreur ou terreur ».

Découvrez la lagoa do Abaeté à Itapuã à Salvador de Bahia

Aujourd’hui, la terreur semble avoir fait place à un lieu convivial où les rires d’enfants et la bonne humeur prédominent. Durant mon passage, je me suis émerveillé face à cette lagune aux eaux sombres dont la couleur contraste avec les dunes de sable blanc qui l’entourent.

Plage d'Itapua à Salvador de Bahia

On m’explique alors que :

  • cette couleur sombre des eaux est due à l’environnement qui entoure le plan d’eau. Il faut savoir que la lagoa do Abaeté se situe dans un parc à la végétation luxuriante. Cette dernière se compose majoritairement d’anacardiers, l’arbre sur lequel poussent les cajous, des cocotiers et des orchidées
  • la lagune ne provient ni de la mer ni d’une accumulation d’eau de pluie, mais de sources d’eau douce qui jaillissent exactement à cet endroit. Il faut croire que ses sources sont très généreuses, car la lagune affiche, en son centre, une profondeur de 8 m et l’eau repose sur une boue d’environ 4 m d’épaisseur
  • les dunes de sable blanc s’y sont installées depuis des milliers d’années. Elles n’ont pas été aménagées par l’homme, mais c’est dame nature elle-même qui s’est chargé de les déposer grâce à la force du vent

Selon les croyances locales, la lagune appartient à la déesse des eaux douces baptisée Oxum. Elle est donc sacrée et les baignades y sont interdites. A ma grande surprise toutefois, j’y découvre quelques baigneurs en y arrivant, mais c’est vrai qu’ils restent près des bords. Face à la question qui se lit sûrement sur mon visage, mon ami m’explique que les autorités ont mis en place une zone de baignade laquelle est clairement délimitée par des bouées blanches. Au sein de la zone, la baignade est sans risques, mais il est quand même conseillé de faire attention.

Dans le parc, on trouve aussi le musée « Casa da Musica », un centre d’activité, des kiosques, des aires de jeux, des restaurants et le siège de l’association des blanchisseuses que l’on appelle tout simplement « maison des blanchisseuses ».

Découvrez Bahia de A à Z

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.