Mangue Seco : un village de plage à Bahia

(Mis à jour le: 26 septembre 2019)
Mangue Seco : un village de plage à Bahia
4.3 (85%) 4 vote[s]

Mangue Seco

Comme je vous le dis régulièrement : le Brésil réserve toujours de belles surprises. Alors que je croyais avoir tout vu, notamment ses superbes paysages paradisiaques, je me rends compte, sitôt descendu de la barque que non, cette magnifique plage m’est encore inconnue. Le goût du paradis, depuis que je foule le sol brésilien, me revient souvent en bouche et Mangue Seco n’échappe pas à la règle. C’est un véritable paradis miniature perdu entre mer et fleuve.

Où se trouve Mangue Seco ?

Mangue Seco est une presqu’île qui abrite un petit village de plage. Il est relié à la municipalité de Jandaira laquelle est rattachée à l’État de Bahia. Il se trouve au nord de Salvador, à environ 242 km et à environ 133 km de Praia do Forte. La ville la plus proche est la capitale de l’État de Sergipe, Aracaju. Une distance d’environ 80 km le sépare de cette ville.

On peut dire que c’est un village entre deux États à savoir celui de Bahia et celui de Sergipe.

Mangue Seco

Comment se rendre à Mangue Seco ?

Tous ceux à qui vous poserez cette question commencera à répondre par un sourire. On pourrait croire que la suite sera facile, mais à voir l’air mystérieux de notre interlocuteur, on se prépare tout de suite au pire. Quand il nous explique le périple qu’il a suivi pour atterrir au paradis, on se dit que le lieu en vaut largement la peine, donc on n’hésite pas une seconde pour suivre ses pas.

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Tenter l’aventure en bus avec un transfert en bateau
  • Louer une voiture de location avec, toujours un transfert en bateau

Le trajet sur route a pour objectif d’atteindre l’un des ports qui proposent une traversée du Rio Real. Vous pouvez embarquer à Terra Caida, à Porto do Mato ou encore à Pontal. C’est ce dernier que nous avons rejoint à bord de la voiture de location.

Nous laissons le véhicule sur un parking payant, puis nous dirigeons vers le port. Là, diverses solutions peuvent être envisagées. Soit vous montez à bord d’un fast boat pour environ 40 reais, soit vous louez une barque auprès d’un pêcheur pour qu’il vous fasse traverser le fleuve.

Nous avons opté pour cette deuxième solution, car elle est moins chère. Cela va nous permettre d’équilibrer les dépenses avec la location du véhicule. La traversée se fait en moins d’une demi-heure et dès que nous nous rapprochons de la presqu’île, la joie est au rendez-vous. Nous voici enfin vers le mystérieux Mangue Seco …

Je tiens à souligner que pour atteindre ce bout de terre, la traversée est obligatoire. Il n’y a pas de liaison routière qui y mène.

Mangue Seco

A quoi ressemble le village de Mangue Seco ?

Il s’agit d’un petit village de pêcheurs où les routes sont toutes en sable, la majorité des maisons en bois (même certaines pousadas) et les véhicules motorisés quasi-inexistants à part quelques buggys que l’on peut louer pour partir à la conquête des hautes dunes de sable blanc.

Car, à Mangue Seco, les dunes sont omniprésentes, entourent le village et bordent les 45 km de plages que ce soit du côté du fleuve ou du côté de l’océan Atlantique. Oui, vous avez bien compris, Mangue Seco est un bout de terre longiligne bordé par deux eaux : d’un côté, on a des plages aux eaux plus calmes du Rio Real et d’un autre côté, on a des plages aux eaux plus agitées de l’océan Atlantique. A vous de choisir entre les deux, mais dans mon cas, ce sera surtout promenades en buggys, les cheveux au vent, bronzette sur la plage de sable fin et d’un blanc immaculé, quelques séances de baignades, surtout tôt le matin et dégustation (à volonté) de fruits de mer et poissons. Oui, le paradis je l’ai vraiment trouvé et j’appréhende déjà le jour où je devrais le quitter … trois jours plus tard. On laisse ces pensées moroses pour le moment et on profite du présent et de ce qu’il a à offrir.

Mangue Seco

Mangue Seco … où ai-je déjà entendu, vu, lu ce nom ?

Non, cette impression de déjà-entendu/lu ne me vient pas de la mangue, même si ce fruit est un must-eat au Brésil, mais de … un bouquin ! Plus précisément, un roman intitulé « Tieta d’Agreste » écrit par Jorge Amado en 1977.

Quelques années plus tard, l’histoire a été adaptée au cinéma par différents réalisateurs. Certains ont choisi de tourner certaines scènes de l’histoire sur les plages d’Agreste tandis que d’autres, ont décidé de reproduire le village de Santana do Agreste pour la réalisation du film.

Après le livre, c’est le film réalisé par Carlos Diegues en 1996 que j’ai vu. C’est dans cette adaptation que j’entends, pour la première fois, « A luz de Tieta », une mélodie composée par Caetano Veloso.

Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour, je me retrouverai sur les lieux de cette histoire et pourtant, j’y suis bel et bien avec ma famille.

En ce qui concerne l’histoire, c’est celle d’une dénommée Tieta, gardienne de chèvre qui, après avoir couché avec un homme, a été chassée par son père, alors qu’elle n’avait que 18 ans. La jeune fille se réfugie alors à São Paulo où elle se fait connaître sous le nom d’Antonieta Esteves Cantarelli. Elle s’enrichit et quand elle perd son mari, elle décide de retourner dans son Santana do Agreste natal avec des projets de vengeance envers les membres de sa famille …

Mangue Seco

Que faire à Mangue Seco ?

Rien. Ce petit mot prend ici toute son ampleur, car on n’a pas l’habitude de ne rien faire et pourtant, c’est ce que Mangue Seco nous réserve pour la majorité du temps. Ici, on se repose, on ne fait rien, on s’allonge sur la plage ou dans les dunes, on admire le magnifique coucher de soleil …, mais rien de contraignant. Même la balade en buggy devient relaxante tant la beauté du décor influe positivement sur les nerfs. Les paysages vont du blanc des dunes au vert des cocotiers en passant par le bleu-noir des eaux qui l’entourent.

Mangue Seco propose un séjour des plus paisibles et quand vous en aurez marre de l’eau agitée de l’Atlantique, vous vous orientez vers les eaux calmes du Rio Real. Une vingtaine de minutes à pied sépare les deux côtes.

Il faut savoir que même si les eaux qui entourent la presqu’île n’ont pas hérité de la couleur limpide et turquoise de l’île de Boipeba, leur température avoisine les 28°C ce qui promet une bonne baignade.

Et pour ceux qui ne sont pas vraiment adeptes du « rien », vous pouvez toujours explorer la presqu’île pour découvrir le village et ses habitants, la faune locale dont des ouistitis et des oursins fossiles, la « tower light » qui fait office de phare offrant une vue panoramique de 360° sur la presqu’île, la mangrove, les cocoteraies qui sont assez nombreuses, la garrigue, les marécages, … D’accord, je l’avoue, Mangue Seco propose quand même de nombreuses activités à faire donc on va dire que le « rien » m’est seulement réservé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.