Les produits et aliments typiques du Brésil

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 5 décembre 2018)

Le Brésil a une très très longue liste de fruits, de légumes et de plantes exotiques. Parmi eux, certains se trouvent un peu partout à travers le monde tandis que d’autres sont typiques du pays et rares à trouver. Il y en a même quelques-uns dont je ne soupçonnais même pas l’existence en me rendant dans ce pays aux mille couleurs. Parmi mes coups de cœur, je cite …

Le Guarana 

Guarana 

C’est un fruit originaire de l’Amazonie brésilienne. Il prend la forme de petites baies rouges qui, une fois mûres, s’ouvrent pour laisser apparaître une chair blanche avec, au milieu, une espèce de pupille noire. C’est la tribu Tupi Guarani qui les a découvertes pour la première fois et les ont baptisées ainsi.

En termes de nutriments, le Guarana est le fruit qui contient le taux le plus élevé de caféine au monde et c’est pour cela qu’on l’utilise dans des boissons énergisantes dont celle baptisée Guaraña au Brésil. En tant que stimulant, il améliore la concentration et la mémoire et aide l’organisme à mieux résister contre la fatigue. Il brûle également les graisses et offre une meilleure résistance à la douleur. Il est aussi riche en minéraux et en vitamines.

A part la boisson énergisante, le guarana se consomme également en poudre, en gélule, en graines, en smoothie et en arôme dans d’autres desserts.

La Maracuja 

Maracuja 

Fruit d’une variété de passiflore, la Maracuja est le fruit de la passion ou grenadille du Brésil. Tout comme les fruits de cette famille, elle offre une chair visqueuse composée de nombreuses graines noires. Son goût acidulé fait qu’elle se consomme rarement nature, mais plutôt incorporé dans des desserts, sous forme de jus et de smoothie et parfois même dans des plats salés.

C’est un fruit très utilisé dans la cuisine brésilienne et à part son goût frais et typique, elle offre quelques vertus. En effet, la maracuja a des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et anxiolytiques. Elle est aussi utilisée pour traiter la tension artérielle, l’insomnie, l’asthme, …

Au Brésil, on en trouve une autre variété connue sous le nom de Maracuja-açu ou Maracuja-melão. Il s’agit de la plus grosse variété de grenadille et on la surnomme d’ailleurs grenadille géante. En France, on la connaît sous le nom de « barbadine ». On le déguste surtout sous forme de jus, de confitures ou dans des salades de fruits, mais lorsque le fruit est encore immature, certains le cuisent comme un légume. Il offre alors le même goût que le concombre.

La Cajá 

Cajá 

La Cajá n’est autre que le fruit que nous connaissons sous le nom de « prune mombin ». De la taille d’un citron, le fruit peut être rouge ou jaune lorsqu’il est mûr. Il se démarque par sa peau lisse, sa pulpe jaune et son goût un peu acidulé. Comme toutes les variétés de prunes, il a un gros noyau central. Il est riche en fibres, en vitamine C, en fer et en calcium.

Au Brésil, la Cajá se mange comme il est c’est-à-dire bien lavé et cru. On le sert aussi dans des sorbets, en salade de fruit, en jus, … Et lorsque le jus est associé à un peu de rhum et d’autres jus de fruits, on obtient un savoureux punch, mais à boire avec modération.

L’Acérola 

Acérola 

L’Acérole est aussi connue sous le nom de « cerise des Antilles » ou « cerise des Barbades ». Au Brésil, l’arbre sur lequel elle pousse se localise surtout dans la forêt amazonienne. Le fruit se reconnaît facilement puisqu’il a la forme de la cerise que nous connaissons chez nous. Son goût est acidulé, mais vous pouvez le déguster sous forme de jus ou en sorbet.

Elle est plus riche en vitamine C que l’orange, mais moins que le camu-camu. Elle contient également des minéraux ainsi que des vitamines A, B1 et B6.

Les Amérindiens du Brésil utilisent son jus pour traiter la diarrhée, les troubles hépatiques et une grosse fatigue. Et pour ceux qui veulent prendre du poids, c’est le fruit à déguster.

La manga 

manga 

Oui, c’est la mangue que nous connaissons tous et qui pousse à profusion au Brésil. De ce pays, on connaît néanmoins une variété spécifique à savoir la mangue Kent.

Le fruit se reconnaît facilement à sa forme ovale, sa peau lisse qui jaunit et rougit quand le fruit est bien mûr. Une fois le fruit pelé, on retrouve une chair généreuse jaune orangée dont le goût se rapproche un peu de celui de la pêche.

Moi je préfère le consommer nature, mais en jus, en sorbets, en glace ou en salade de fruits, il est aussi très bon. Comme toutes les mangues, il est riche en fibres ainsi qu’en vitamines A et C.

Le Caju

Caju

L’arbre du caju est appelé anacardier. On le retrouve surtout dans la région Nordeste du Brésil. Ce fruit donne deux parties toutes comestibles : la première c’est la chair un peu acidulée que l’on appelle « pomme de cajou » et la deuxième, la partie dure que l’on appelle « noix de cajou ». Bizarrement, ce dernier est plus connu que sa chair, mais il faut goûter aux deux.

La noix de cajou, on la connaît tous très bien puisqu’on la sert en apéritifs comme les pistaches et les cacahuètes. Elle est très riche en oligo-éléments, acides gras, vitamine B1 et protéines. Sa consommation permettrait aussi de lutter contre le mauvais cholestérol.

Pour la partie tendre, elle se déguste surtout nature, mais aussi rarement en jus. Il va de soi qu’une fois la chair consommée, il ne faut pas jeter la graine.

La Catuaba 

Catuaba 

Alors là, je change un peu de registre en vous parlant de la Catuaba. Il ne s’agit pas d’un fruit, mais plutôt d’une plante très connue des Brésiliens. Elle est endémique à la partie nord de l’Amazonie et c’est pour cela qu’elle est méconnue à travers le monde.

La phytothérapie commence toutefois à en parler et il faut dire qu’elle suscite déjà l’intérêt. Sa principale vertu : c’est une plante aphrodisiaque qui agit principalement sur le système nerveux central.

Pour tester ses propriétés, il faut vous fournir un peu d’écorce de cet arbre et en faire une tisane. Attention, les feuilles et les fleurs de l’arbre ne sont pas utilisées.

A part sa vertu aphrodisiaque, la catuaba a d’autres propriétés comme stimuler la circulation sanguine, améliorer la concentration, lutter contre l’insomnie, …

L’Abacaxi

ananas

On l’appelle communément sous le nom d’ananas, mais au Brésil, il porte le nom exotique d’abacaxi et pourtant, la tribu Tupi-guarani l’a baptisé « nana nanas » ce qui signifie « parfum des parfums ».

D’où vient le nom d’abacaxi dans ce cas ? Peut-être d’une autre région, mais quel que soit le nom que vous utilisez, le fruit reste égal à lui-même c’est-à-dire parfois sucré quand il est bien mûr et acidulé s’il est immature.

On le déguste surtout nature, mais aussi en salades de fruits, en jus, en sorbets, … L’abacaxi peut également être incorporé dans des plats salés et surtout, sachez qu’à part sa chair, le jus obtenu par la peau du fruit a de nombreuses vertus comme faire perdre du poids. Il suffit de bien la laver et de le faire bouillir.

L’ananas a aussi des propriétés anti-inflammatoires et cicatrisantes.

La Carqueja 

 Carqueja 

La carqueja est un arbuste originaire du Brésil dont les feuilles rappellent un peu le corail. Les Brésiliens utilisent les feuilles et les tiges pour soulager la digestion et améliorer la circulation sanguine. Elles sont généralement consommées sous forme d’infusion.

Le Graviola

Graviola

Il s’agit du fruit que l’on appelle communément corossol. Sa chair blanche et juteuse se déguste nature surtout quand le fruit est bien mûr et sucré à souhait. Les graines noires sont, quant à elles, non comestibles. On peut également transformer la chair en jus ou en glaces.

C’est un proche cousin de la pomme cannelle et du cœur de bœuf. Le graviola contient des vitamines B1, B2 et C. Il est également riche en glucides.

En matière de vertus médicinales, le graviola est efficace pour traiter l’insomnie, les maladies parasitaires et les troubles cardiaques. Certaines études tendent aussi à dire que ses feuilles et le fruit en lui-même permettent de traiter le cancer du sein.

La mamão

mamão

La mamão n’est autre que le fruit que l’on connaît sous le nom de papaye. On la retrouve en grande quantité dans le Nordeste brésilien. Sa chair jaune orangée se déguste nature, mais aussi sous forme de jus, de salade de fruits, …

Elle est riche en vitamine C et E et contient des enzymes très efficaces comme la papaïne qui a une action adjuvante sur la digestion.

Les graines noires de la mamão ont, quant à elles, des vertus vermifugeantes tandis que ses feuilles sont utilisées pour attendrie les viandes et les poissons à chair ferme.

La Goyave

Goyave

En portugais, ce fruit est connu sous le nom de « goiaba ». Sous sa forme classique, qui est originaire du Mexique, elle est très présente au Brésil.

Il ne faut toutefois pas la confondre avec la fameuse « Goyave du Brésil » que l’on appelle « Feijoa ou Goiaba-ananas ». Ce dernier est originaire du Brésil et aussi bien sa forme ou son goût n’ont rien à voir avec la goyave classique.

La goyave classique possède une chair tendre sucrée qui est très riche en vitamine C. Elle se déguste nature, en jus, en confiture, en sorbets et glaces, …

La goyave du Brésil, quant à elle, a une forme similaire à celle du kiwi ou du citron. Sa pulpe contient des pépins acidulés et son goût est un mélange de goyave, d’ananas et de fraise. Comme la variété classique, elle est aussi riche en vitamine C.

L’açai

açai

C’est le fruit du palmier également appelé açai. On le retrouve abondamment dans le Nordeste du Brésil. De forme ronde et de couleur violacée, l’açai est très riche en vitamines, en calcium, en fer et en polyphénols.

Grâce à son goût rappelant celui du chocolat, j’aime le déguster nature, mais aussi en smoothie, en sorbets et autres formes de desserts.

Parfois transformé en poudre, il est utilisé dans des boissons énergisantes tout en procurant ses vertus antioxydantes. Il soulage les troubles digestifs, chasse le mauvais cholestérol et renforce le système immunitaire.

Je tiens à souligner que ce ne sont pas les seuls produits et aliments que l’on retrouve au Brésil. On en trouve encore d’autres comme le coco, la pinha, la jaca, le maxixi, le jilo, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.