Le sud brésilien : découvrez la célèbre région viticole

Le sud brésilien : découvrez la célèbre région viticole
4.5 (90%) 2 vote[s]

Venez découvrir le Sud du Brésil, là où les premiers vignobles ont vu le jour dans les années 1500. Venez voir comment ce pays est arrivé à la quinzième place du classement des producteurs en volume de vin au monde et troisième producteur viticole de l’Amérique du Sud avec ses milliers d’hectare couverts de plants de vignes.

Comment se présente le vin brésilien en chiffre ?

vin brésilien

D’après les experts, les chiffres actuels pour parler de la production du vin au Brésil  se définie en trois catégories :

  • 92 000 hectares : c’est la superficie totale du vignoble au Brésil, la majorité se trouve  dans l’Etat du Rio Grande do Sul)
  • 3,3 millions d’hectolitres : c’est le total de la production de vin, la plus grande partie destinée essentiellement pour la consommation locale.
  • Le nombre de producteurs remonte à environ une quarantaine aujourd’hui.

Quelle est l’histoire du vin brésilien ?

Voici un bref historique de l’implantation du vin au Brésil, depuis les premiers plants de vigne apportés par les colons jusqu’à sa situation d’aujourd’hui.

En 1532 Martim Afonso de Souza a ramené les premières vignes depuis le Portugal pour les cultivées dans les diverses colonies. Des Vitis Vinifera furent donc plantés au Sud-Est, dans la Capitainerie de São Vicente. Cependant, ce premier essai n’a pas été concluant à cause du climat imprévisible de la région.

En 1551 Brás Cubas, un partisan de l’expédition colonisatrice de Martim Afonso de Souza refait un essai sur le plateau de l’Atlantique et arrive à obtenir du jus vers la fin de l’année. De là est né le premier vin brésilien. Mais encore une fois, cela ne dure qu’un temps à cause des conditions climatiques.

En 1626, les jésuites en missions débarquent et introduit le vin dans le sud du Brésil. Le mérite revient surtout au Prêtre Roque González de Santa Cruz qui est à l’origine de la production du vin à Rio Grande do Sul avec l’aide de la population locale.

En 1640, la première dégustation guidée fut rapportée au procès-verbal de la Chambre de São Paulo dans le but de régulariser la commercialisation du vin au Brésil. Cela afin que les producteurs du Sud-Est arrêtent d’exploiter des terres non favorables à la culture de vignes.

En 1732, des immigrants d’origine portugaise s’installent sur la zone côtière du Rio Grande do Sul et fondent des colonies à Rio Grande, à Pelotas et à Porto Alegre. Ils ont ramené avec eux des semis d’Açores et de Madeira qui ne semblent pas se développer.

En 1789, après de multiple tentative de viniculture au Brésil, le gouvernement portugais décide de l’interdire afin de préserver sa production et de limiter la commercialisation du vin pour le consacrer qu’à la consommation domestique.

En 1808, l’arrivée de la famille royale pour assurer le transfert de pouvoir des portugais aux brésiliens marque la fin de cette interdiction. Le vin devient une boisson consommeée quotidiennement lors des repas ou des fêtes religieuses.

En 1817, un producteur de la ville de Rio Pardo, Manoel Macedo, semblant être à l’origine de la vinification du pionnier gaúcho, reçoit le prix de la première charte pour la production de boissons dans le pays. En effet, jusqu’en 1835, la récolte de ses vignobles peut remplir une quarantaine de fûts par an.

En 1824, l’italien João Baptiste Orsi qui s’est installé à Serra Gaúcha reçoit l’autorisation de planter ses propres vignes d’origine européenne et devient  l’un des précurseurs de la région.

En 1840, les vignes d’origine américaine, Vitis lambrusca et Vitis bourquina, furent introduites par Thomas Messiter dans la région de Rio Grande do Sul. Les premiers plants ont vu le jour sur l’île des marins dans la baie de Patos, mais du fait de leur bonne résistance face aux maladies, ils ont vite recouvert la région.

En 1860, une autre variété américaine, Isabel, y fut introduite et s’est propagé rapidement vers Pelotas, Viamão, Gravataí, Monténégro et même dans Vale dos Sinos.

En 1875, les italiens sont à l’origine de l’évolution de la production de vin domestique. En effet, ils ramènent avec eux leur savoir-faire et leurs expériences en matière de culture de vigne qui influenceront la production et surtout la qualité du vin obtenu.

En 1881, il y a eu la nomination pour les 500 mille litres produits dans la ville de Garibaldi ainsi que la première vinification ayant lieu dans la Vale dos Vinhedos de Rio Grande do Sul. Ces chiffres fut découvert dans un rapport saisit en 1883 par Enrico Perrod, le consul d’Italie qui a visité la région.

En 1928, le  Syndicat du Vin a été mis en place dans le but de mettre de l’ordre dans le secteur. Le secrétaire d’État du gouverneur Getúlio Vargas, Oswaldo Aranha en est à l’origine.

En 1929, les agriculteurs ont intégré ce mesure et prend part à l’association en créant des coopératives. Cela déclenche l’esprit de compétition des petits producteurs et les met sur un pied d’égalité avec les autres.

En 1951, la Cave Georges Aubert de France fut transférée au Brésil. Cela a renforcé l’emprise des entreprises étrangères qui s’y sont installées. Vers les années 70, de nouvelles techniques firent leurs apparitions dans les vignobles et dans les cantines, et assurent l’expansion des zones de viticulture.

En 1990, les producteurs se virent obligé d’augmenter la qualité de leurs productions à cause de l’évolution de la culture de vigne, des différentes méthodes utilisées par la concurrence.

En 2002, la Vallée des Vignobles gagne l’Indication Origine en tant que pionner. Chaque entreprise viticole dans cette zone productive du sud se consacre à leur développement pour y mériter leur place.

Lire aussi :

Comment se manifeste l’oenotourisme au Brésil ?

Découvrez le Vin brésilien

Le Brésil a compris que pour consolider son économie, rien de mieux que d’intégrer cette nouvelle facette de tourisme pour rester en tête de liste du classement mondial.

La liste des adresses est infinie si vous voulez faire un roadtrip dans la région viticole brésilienne. Les vallées regorgent de domaine en tout genre :

  • Le domaine Casa Valduga où vous serez accueillie chaleureusement par Maria Valduga, la grand-mère bienveillante.
  • Le domaine de Miolo connu pour son projet « Winemaker », donnant l’occasion à des gens comme vous et moi pour  venir y apprendre à faire le vin cinq fois par an et ensuite rentrer les bras chargés de dix caisses de vin avec chacun leurs propres étiquettes.
  • Le domaine de Salton où l’on peut parcourir avec une lanterne l’inoubliable  Cave da Evoluçao avec  ses 8m de profondeur et de la musique religieuse en fond sonore.
  • Le domaine Don Giovanni, coupé de toute civilisation avec ses sept sept chambres sans télévision ni internet.
  • Le domaine Lidio Carraro qui a fourni le vin officiel de la coupe du monde de football au Brésil en 2014.
  • Le domaine Chandon, c’est un pionnier en viticulture et en vinification depuis 1973, spécialiste de vins effervescents avec de fines bulles.
  • La Cave Geisse située dans les hauteurs de Pinto Bandeira et produisant du vin à bulles particulières. Les vignes sont cultivées sur des sols volcaniques et basaltiques.
  • Aurora, la cave coopérative située en plein centre-ville de Bento Gonzalvez. Elle  représente 10% de la production du vin brésilien et devient un des piliers de l’économie régionale et de son histoire.

Découvrez les boissons brésiliennes : que boit-on au Brésil ?

Quels sont les meilleurs vins du Brésil ?

Voici une sélection des coups de cœurs à découvrir absolument au Brésil :

  • Dans la catégorie de vins effervescents, on a :

-Extra Brut 2011 de la Cave Geisse avec ses 3 ans sur lies, se compose de 50% pinot noir et 50% chardonnay.

-Gran Nature 2009 de la Casa Valduga avec ses 5 ans sur lies, se compose de 70% chardonnay, 30% pinot noir.

-Safra Nature 2009 de Cave Geisse  avec ses 5 ans sur lies et composé de 50% pinot noir, 50% chardonnay.

-Brut 2011 du domaine Miolo avec 18 mois en lies et constitué de 50% pinot noir, 50% chardonnay.

-Excellence Prestige Rosé NM du domaine Chandon avec seulement 12 mois sur lies, cultivé selon la méthode charmât qui devait en faire un vin de base de 3 ans,
et composé de 20% chardonnay, 80% pinot noir.

-José « Bepi » Salton Nature NM de chez Salton avec ses 4 ans sur lies et 50% pinot noir, 50% chardonnay.

A lire – Jus de fruit au Brésil : les saveurs à goûter absolument

  • Dans la catégorie de vins plats, on a :

-Grande Vindimia Merlot 2008 du domaine Lidio Carraro, du 100% merlot.

-Raizes Corte 2010 du domaine Casa Valduga composé de 40% cabernet sauvignon, 40% cabernet franc et 20% tannat.

-Sesmarias 2011 du domaine Miolo : touriga nacional, tinta roriz  ou tempranillo, tannat, petit verdot, cabernet sauvignon, merlot.

-Talento 2009 de chez Salton composé de 40% cabernet sauvignon, 30% merlot et 10% tannat.

-Merlot Reserva 2011 du domaine Pizzato, du 100% merlot.

-Pinto Bandeira Pinot noir 2013 de la cave Aurora composé, du100% pinot noir.

-Quatro 2009 du domaine Perini : cabernet sauvignon, merlot, tannat, ancelota.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.