La fête de Iemanjá : une fête populaire au Brésil

(Mis à jour le: 19 août 2019)
La fête de Iemanjá : une fête populaire au Brésil
4 (80%) 4 vote[s]

Chaque année, dans tout le pays, des Brésiliens de toutes les confessions se réunissent pour célébrer la déesse Candomblé de la mer, Iemanjá. À Salvador en particulier, les festivités sont spectaculaires et attirent de grandes foules, tout en étant diffusées à la télévision. Nous allons désormais tout vous raconter pour avoir une idée de quand et pourquoi cette déesse est vénérée et comment vous pouvez vous impliquer.

Qu’est-ce que le festival de Iemanjá ?

Le festival d’Iemanjá (parfois orthographié Yemanjá) a lieu dans de nombreux endroits du Brésil. Petite particularité : la fête se déroule à différentes dates selon le lieu au Brésil. Par exemple, elle se déroule le 31 décembre à Rio de Janeiro, alors que c’est le 2 février à Salvador.

La plus grande célébration de cette fête dans le pays a d’ailleurs lieu dans le quartier de Rio Vermelho à Salvador le 2 février de chaque année. Pendant les festivités, les fidèles de la religion candomblé offrent des fleurs et des cadeaux à leur déesse Iemanjá au bord de la mer et les lui envoient dans l’océan. Tout le monde s’habille de blanc et la musique et la danse se poursuivent toute la nuit après les offrandes.

Cette année, ils ont obtenu un parrainage, une immense tente et des sièges sur la plage, et ont remercié les sponsors et les participants environ 10 fois avant le début de la cérémonie. Iemanja est la déesse de la mer dans les religions Candomble et Umbanda, qui est à la fois un mélange de catholiques, d’africaines et de croyances indigènes. Elle est la protectrice des mères et des épouses.

La fête se déroule de la manière suivante à Salvador: de nombreuses personnes sont regroupées devant une petite maison de pêcheurs et déposent des offrandes dans des grands au bord de la plage. Puis, ces sacs sont placés sur des petits bateaux en bois qui seront amenés en pleine mer. Puis ces petits bateaux seront mis sur la mer et ceux-ci couleront au bout d’un moment, et les offrandes sont ensuite englouties par la mer. C’est le signe que la déesse Iemanjá a accepté les offrandes !

Iemanjá, histoire d’une divinité puissante

Iemanjá

Iemanja est une orixa, l’un des dieux de la religion, qui est à l’origine de descendance yoruba en Afrique. En fait, la religion yoruba s’est répandue dans toute l’Amérique latine avec la pratique de l’esclavage. À Cuba, les orixas sont appelées orishas et portent les mêmes noms et la plupart du temps les mêmes représentations, mais elles se prononcent un peu différemment en espagnol (on le sait à la religion santeria). Le Candomble et l’Umbanda sont pratiqués à Rio, à Bahia et dans d’autres régions du pays, mais sont stigmatisés car Candomble, en particulier, contient des éléments de magie noire. Mais cette cérémonie était l’une des plus belles et des plus paisibles cérémonies religieuses à laquelle j’ai assisté. Le festival a lieu avant et pendant le Nouvel An, demandant à Iemanja de porter chance pour la nouvelle année.

lemanja a toujours été considérée comme une divinité puissante et occupe l’une des plus hautes places dans la religion yoruba. Iemanja symbolise un pouvoir fertile féminin perpétuel et elle est censée fournir la fertilité aux femmes. Pour les femmes enceintes et les enfants, elle représente une protection et, plus intéressant encore, pour les chasseurs, elle leur fournit de riches proies et pour les agriculteurs des cultures abondantes.

L’anthropologue américain Andrew Apter a décrit de manière frappante la cérémonie de la royauté des Yoruba au Nigéria, consacrée à la lemanja, comme un rituel éternel de renouvellement et de vie du pouvoir royal et de tout l’ordre social. Dans le rituel, Iemanja fournit au souverain des pouvoirs surnaturels, de sorte qu’il devienne un représentant divin sur Terre: le roi représente ainsi les forces sacrées dans le monde séculier, assurant le bon fonctionnement de la société. La cérémonie royale, typique des célébrations folkloriques au Nigeria, est accompagnée de diverses offrandes de cadeaux et de prières à Iemanja.

Traditionnellement, le rituel royal des Yoruba incluait un sacrifice de bélier pour remplacer le sacrifice du roi lui-même dans le sanctuaire sacré, comme il devrait être ressuscité et doté du pouvoir divin. Aujourd’hui, les célébrations d’Iemanja en Uruguay ne sont accompagnées que de cadeaux tels que des fleurs aux couleurs vives et des fruits fabriqués ou des assiettes de nourriture. La couleur symbolique de la déesse est le bleu, la couleur de l’océan.

La tradition veut que si la déesse Iemanja accepte vos dons et vos prières, vous devrez de nouveau lui préparer l’autel l’année suivante. Ainsi, le cycle sans fin des prières, des souhaits et de l’accomplissement divin continue.

Découvrez aussi :

Une fête pour célébrer le patrimoine culturel du Brésil

La fête de Iemanjá

Le festival de Iemanjá est une occasion importante pour l’affirmation du patrimoine culturel, la négociation de l’identité régionale et la création d’une image nationale afro-brésilienne. Bien que seule une minorité de Brésiliens prétendent être des pratiquants du candomblé, le festival d’Iemanjá attire un nombre étonnant de pèlerins et de touristes de près ou de loin.

L’art improvisé de la capoeira se trouve inévitablement quelque part pendant le festival d’Iemanjá. Les rassemblements de capoeiristes (joueurs de capoeira) peuvent être impulsifs et des performances impromptues précipitent parfois parmi la foule dans la rue. Le son du berimbal peut traverser la foule. Les spectateurs sont attirés par les performances dynamiques et éclectiques.

Le Grupo Nzinga est un groupe de capoeira situé près de la plage de Rio Vermelho, dans l’Alto da Sereia (sommet de la sirène). Depuis 2005, Grupo Nzinga participe à la Festa de Iemanjá. Ils exécutent des capoeira, samba de roda et ont leur propre procession d’offrandes. Chaque année, ils apportent un panier de cadeaux de leur académie à la plage de Rio Vermelho. Pendant les représentations et processions, ils chantent des chansons dédiées à Iemanjá et la célèbrent comme un symbole du féminisme.

La fête de Iemanjá est une fête particulièrement intéressante, et elle mérite assurément votre détour si vous passez par exemple à Salvador de Bahia au début du mois de février. Ce sera l’occasion de partager avec les brésiliens un moment unique de traditions et de culture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.