Caju : l’anacardier du Brésil

(Mis à jour le: 16 janvier 2019)
Caju : l’anacardier du Brésil
Evaluer cet article

On se demande souvent d’où peut bien venir la noix de cajou, cette amande comestible qui sert de coupe faim ou d’amuse-gueule pendant l’apéro ? Eh bien enfaite, c’est la noix du fruit de l’anacardier appelé aussi pomme de cajou

La raison principale pour laquelle on le cultive est pour obtenir cette noix dont tout le monde raffole. Pourtant, tout comme la noix, le fruit est aussi comestible et procure des bienfaits que l’on n’attend pas forcément.

Comment se présente le Caju ?

caju

Anacardier a comme nom scientifique anacardium occidentale. C’est une espèce d’arbre de la famille des anacardiaceae qui peut mesurer de six à quinze mètre, à cime évasé et aux racines rampantes. Il a une racine principale qui pivote et s’enfonce profondément dans le sol.

Il possède un feuillage vert foncé de formes ovale qui est persistant et alterne. Ses fleurs sont plutôt blanches et très parfumées avec une pointe de couleur rose lorsque la saison sèche arrive. Une fois cette saison achevée, les fruits apparaissent.

Le caju ressemble fortement par sa forme et sa couleur variant entre le jaune, l’orange et le rouge à un poivron ayant ces couleurs. La taille varie selon l’âge de l’arbre et les conditions de sa culture. La noix de cajou  est recouverte d’une double coquille âcre, toxique et possède un fort teneur en huile. C’est une amande en forme de demi-lune enduit d’une pellicule blanche faisant la taille modeste de 3cm. Elle est à son tour recouverte par la pomme de cajou, un faux-fruit sous un pédoncule charnu et juteux.

 Découvrez aussi : 

 

D’où vient le caju ?

Il est originaire de la région du Nordeste de Brésil. Ensuite, les navigateurs portugais du 15ème siècle l’ont introduite en Afrique de l’Ouest et de l’Est, en Inde et dans le Sud-Ouest du continent asiatique (en Indonésie, en Thaïlande, aux Philippines,…)

 

Comment pousse le caju ?

Le caju ne pousse que dans les régions tropicales en raison de sa résistance aux grosses chaleurs. Il ne nécessite aucune attention particulière si on le plante pour le reboisement, il lui faut juste assez d’eau et d’engrais. L’anacardier peut même survivre sur une terre ferralitique ou ferrugineuse. En revanche, il demande beaucoup de travail si c’est pour une exploitation fruitière.

Normalement, le caju ne produit de fruit que vers ces cinq ans. Cependant, s’il se développe dans de bonnes conditions, il peut le faire dès ces deux ans. Dans ce cas-là, le caju peut donner de 15 à 150kg de fruits en un an et peut vivre jusqu’à 50 ans.

 

Comment et pourquoi consommer le caju ?

recette caju

 

La noix de cajou est connue dans le monde entier dans son rôle de coupe faim et d’amuse-gueule. Mais la pomme de cajou est aussi comestible, même si c’est un faux-fruit. On peut en manger frais, séché, en confiture, pour parfumer un coktail de fruits alcoolisé ou non et pourquoi-pas, en faire du rhum arrangé. Les petits rameaux et les feuilles peuvent servir d’accompagnement pour les mets aux légumes.

 

Comment se passe la récolte du caju ?

On ramasse les fruits mûrs une fois tombés au sol, on sépare les noix du pénicule. Pour casser la coque de la noix, il faut la cuire et la faire sécher avant. La coque contient une substance corrosive que l’on appelle baume de cajou. Une fois extraite, on fait sécher la noix pour enlever la pellicule amère qui la recouvre.

Quels apports nutritionnels peuvent avoir le caju ?

Le caju possède une forte teneur en antioxydant, en vitamines C et au type B, en fibres et surtout en minéraux. En effet, il contient les nutriments suivants :

  • Vitamine B1, B2, B6
  • Vitamine C
  • Vitamine E
  • Vitamine K
  • Magnésium
  • Phosphore
  • Cuivre
  • Zinc
  • Fer
  • Manganèse
  • Sélénium
  • Folate

 

Quels sont ses bienfaits ?

La noix de caju contient très peu de matière grasse, zéro teneur en cholestérol, mais plutôt riche en protéines, en vitamines et en minéraux. Sa consommation peut faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, soigner les diabètes, les calculs rénaux. Dans certain cas, elle peut aussi soulager l’arthrite, les rhumatismes, et traiter les eczémas ou autres maladies de peau.

Le caju est composé d’acides anacardiques qui a des actions bactéricides, fongiques, vermicide, insecticides, parasiticides, anti-protozoaires, et même anxiolytiques. Ces acides composés aux minéraux suivants : zinc, mercure, cuivre, manganèse et cobalt peuvent servir d’antibactérienne et d’antifongique. Sa richesse en vitamines K, B, et E rajoutée au fer favorise la formation de l’hémoglobine qui constitue principalement les cellules des globules rouges.

Quels sont ses usages en médecine traditionnelle ?

Le caju possède également des propriétés médicinales. En Afrique, la pomme de caju est surtout utilisée pour éliminer les moustiques dans les habitations ou bien dans la mare où elles se reproduisent.

A Madagascar, on l’appelle « Mahabibo » et ses feuilles peuvent servir à faire un bain de vapeur pour traiter les hémorroïdes.

Quels peuvent-être ses autres usages ?

 

cajou

Rien ne se perd dans l’anacardier, du fruit à la racine. Son bois peut servir de bois de chauffage, on en fait également d’excellent charbon ou de meubles. Son écorce est une source de tannins et de teinture jaune. Son huile communément nommée baume de cajou, est extraite de la coquille et sert de base aux vernis, insecticides, peintures, adhésifs, encres et même aux éléments de frictions comme les freins ou embrayages. Il faut faire attention car elle est toxique et peut causer une irritation de la peau. Ses feuilles et ses rameaux peuvent être cuisinés ou bien donnés au bétail.

 

Dans quel cas ne doit-on pas manger du caju ?

Il vaut mieux vous abstenir d’en consommer si vous êtes allergiques aux fruits à coque comme les pistaches, les noisettes, les amandes,… En effet, il est fortement déconseillé de prendre des fruits à écale et oléagineux dans ces cas, car cela a peut-être grave et peut causer un choc anaphylactique.

Si vous êtes aussi atteint de graves troubles rénales ou urinaires, il vaut mieux ne pas en manger. La noix de caju tout comme les autres fruits à coque, contient des oxalates qui peuvent favoriser ses problèmes là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.